historique du Lac Tonle Sap

Le Lac Tonlé Sap est un lac Cambodgien (Asie du sud-est), traversé par le fleuve Mékong, renommé pour être très riche en poissons, la particularité de cette étendue d'eau est d'agrandir de façon considérable sa surface en fonction des saisons.

Deux frères jumeaux (sisters boat) du Pétrolier Ravitailleur Lac Tonle Sap ont été également livrés à la Marine Nationale : le Lac Chambon et le Lac Tchad.

Le Lac Tonlé Sap a été l'un des bâtiments de la Marine Nationale a avoir assuré le service le plus long, du 28 décembre 1942 au 1er janvier 1981 soit 38 années. On peut donc estimer que environ 900 à 1200 hommes d'équipage se sont succédés à son bord.


historique de Lac Tonlé Sap et des AOG et YOG
Extrait d'un document rédigé par le Capitaine de Vaisseau (H) Paul GUILLEVIN (décédé le 17 juin 1989).

Début de citation :

"Au titre de l'aide apporté à notre marine en 1944/1945 les Etats-Unis nous cédèrent cinq petits pétroliers qui reçurent des noms de lacs.
Ils étaient de deux types : type AOG et 3 de type YOG.
Les AOG reçurent les noms de Lac Noir (n'a pas eu de numéro de coque) et Lac Pavon (A628). Ils déplaçaient 3750 tonnes à pleine charge. Ils étaient dimensionnés 80 X 14 X 4,4 mètres (Longueur x largeur x tirant d'eau). Equipés de deux diesels américain Locomotive de 1300 CV au total leur vitesse était de 10 nœuds.

Les YOG reçurent les noms de : Lac Chambon ex USS Anticline (P06 puis A629) Lac Tchad ex USS Syncline (P07 puis A631) et Lac Tonlé Sap ex USS Pumper (P08 puis A630). Ils déplaçaient 2700 tonnes à pleine charge. Ils étaient dimensionnés : 72 X 11,30 X 4,80 mètres. Équipés de deux diesel Fairbanks-Morse de 1150 CV au total leur vitesse était de 11 nœuds Les renseignements ci dessus sont ceux de leur livraison à la France. Il est évident qu'en fin de carrière leur vitesse était légèrement inférieure.

Ils furent condamnés respectivement :
Les AOG :
- Lac Noir le 6 février 1952 (lac situé à Orbey dans le Haut-Rhin).
- Lac Pavin le 2 mai 1953 (lac situé à Besse et Sainte-Anastaise dans le Puy de Dôme).
Les YOG :
- Lac Tchad le 27 juin 1972 (lac situé aux frontières du Tchad, du Niger, du Nigéria et du Cameroun).
- Lac Chambon le 1er avril 1974 (lac situé à proximité du Mont-Dore dans le Puy de Dôme).
- Lac Tonlé Sap le 11 août 1981.

Le Lac Tonlé Sap, dernier retiré du service était encore comme un sous neuf (comme quoi les équipages qui se sont succédés à son bord ont su l'entretenir tant au point de vue machine que coque - Bravo !). La décision tomba ! Pourtant la DP (Direction du Port) avait réussi à faire prolonger son existence. Un texte disait : "sera condamné à la prochaine avarie grave". Cependant sans avarie du tout, il fut condamné et non remplacé dans ses missions locales où il rendait encore d'excellents services. "SALUT L'ANCIEN !".

Il ne faut pas quitter ce type de bâtiment sans évoquer un quatrième YOG que les Etats-Unis nous transférèrent le 2 mars 1951 à Bremerton au titre de l'aide pour l'Indochine Il s'agit de l'YOG 680. Il ne reçut pas un nom de lac mais baptisé "Aulne" (A637). Il était de dimensions plus modestes que ses grands frères de la série des Lacs. Il déplaçait 1450 tonnes à pleine charge. Il était dimensionné : 53,04 x 10,06 x 3,55 m. Équipés d'un moteur GMC d'une seule hélice. Il fut utilisé comme ravitailleur d'eau des multiples petites unités qui équipaient les forces amphibies d'lndochine. Sa taille et surtout son tirant d'eau inférieur aux YOG série Lac (3,55 m au lieu de 4,80 m.), lui permettaient de naviguer plus facilement dans les fleuves.

En 1955, il fut transféré sur ordre des américains à la jeune marine du Vietnam. Le 16 juin 1956 il est rebaptisé HQ470. Il a eu une fin peu glorieuse. Il se réfugie aux Philippines lors de la chute de Saïgon au Sud Viêt-nam en 1975. Il fut découpé en pièces par les philippins.
Fin de citation.

Jusqu'en 1948, ces bâtiments ne portaient pas de numéro de coque.
De 1949 à 1952 seuls les Lacs Chambon, Tchad et Tonlé Sap portèrent les numéros P06, P07 et P08 peints en blanc (voir photo).
En 1952, ils reçoivent un numéro OTAN qui est peint en blanc Lac Pavon A628 - Lac Chambon A629 - Lac Tonlé Sap A630 - Lac Tchad A631 et l'Aulne A637. Seul le Lac Noir désarmé n'a pas eu de numéro.
Vers 1953/1954, les numéros sont peints en noir.

sources d'informations
sur le Lac Tonlé Sap

titre de l'ouvrage : Pétroliers Ravitailleurs
auteurs : Jean MOULIN et Patrick MARAND
MARINES Éditions
BP 20152
44301 Nantes Cédex 3
02 40 52 31 70
marines@wanadoo.fr
(couleur verte)

Lac Tonlé Sap, relevé succint des activités du bâtiment telles que mentionnées dans les comptes rendus d'activité de la Marine Nationale juin 1945 - décembre 1948
(couleur bleue)

notes personelles de Serge TILLY (agenda, courrier) et informations de différentes sources
(couleur noire)

1942
Le pétrolier Pumper (YO 56) est construit par RTC Shipbuilding Corp, à Camden dans le New-Jersey aux États-Unis d'Amérique).
- mis sur cale le 25 mars 1942 pour Ira S Bushey & Sons Inc, de Brooklyn,
- lancé le 7 septembre 1942,
- livré à la Marine américaine le 28 décembre 1942.
- utilisé dans le cadre du 10ème district naval,
1943
- 2 décembre 1943, dans le port de Bari en Italie où il subit une attaque de l'aviation allemande,
1944
- aurait peut-être été pris en charge dès le 19 décembre 1944,
1945
- 10 février 1945, transféré à la Marine Nationale à Bizerte,
- rebaptisé Lac Tonlé Sap,
- 17 février, quitte Bizerte en Tunisie pour Le Pirée en Grèce, pris par le mauvais temps il gagne l'abri du cap Matapan avec des avaries, il sera rejoint par un remorqueur de Naples,
- mai, juin et juillet, diverses missions dans la zone du Pirée,
- début août, rejoint l'Italie,
- retourne à Bizerte,
- 15 septembre, rallie Oran,
- novembre, reste en Afrique-du-Nord,
- décembre, dans la région de Bizerte,
- entre août 1945 et juin 1947 il est affrêté par l'économie civile.
1945
- août - septembre : Italie au début d'août puis Bizerte, Alger, Oran,
- octobre - novembre : transports pétroliers dans sa zone d'action (AFN),
- décembre : transports pétroliers dans la région de Bizerte,
1946
- 1er trimestre : transports pétroliers sur les côtes d'AFN,
- 2ème trimestre : en carénage à Bizerte,
- 3ème trimestre : fin du carénage au début d'août, reprise de ses activités de transport en Méditerranée,
- 4ème trimestre : transports pétroliers en Méditerranée pendant tout le trimestre,

notes : par décision en date du 15 avril 1946, la marine dénonce la charte-partie concernant la location des cinq pétroliers type LAC au groupement d'achat des carburants. La fin de location du LAC TONLE SAP intervient le 7 juin. Il rallie Bizerte où il est désarmé en attendant ses réparations prévues après celles du LAC TCHAD. Le département propose la location, coque nue, de ces pétroliers à la marine marchande. Mais les difficultés rencontrées par celle-ci pour les armer sont telles que la solution n'est pas adoptée,
1947
- 1er trimestre : cabotage entre les ports des côtes de Provence, d'AFN et du Maroc,
- 2ème trimestre : transports de produits pétroliers pour le compte du groupement d'achat des carburants (côtes de Provence, AFN et Atlantique),
- 3ème trimestre : les cinq pétroliers type "Lac" ont été repris par la Marine Nationale, le Lac Tonlé Sap est désarmé à Bizerte en attendant d'entrer en grand carénage à la mi-novembre,
- 4ème trimestre : désarmé à Bizerte,
- du 30 juin 1947 au 1er avril 1948 il est placé en réserve normale à Sidi Abdalah (près de Bizerte en Tunisie)
1948
- 1er trimestre : en cours de réarmement à Bizerte en mars 1948, prévu être utilisé pour effectuer des mouvements de gas-oil en Méditerranée,
- 2ème trimestre : effectue divers mouvements de gas-oil entre Raffineries du Midi, Marseille et Toulon,
- 3ème trimestre : effectue divers mouvements de gas-oil entre Raffineries du Midi, Marseille et Toulon. Doit rallier Bizerte au début octobre pour entrer en grand carénage (le grand carénage prévu l'année précédente n'a manifestement pas eu lieu),
- 4ème trimestre : en carénage à Bizerte,

note : pour mémoire total du cabotage pétrolier effectué en 1948 par les quatre pétroliers LAC (Lac Chambon, Lac Tonlé Sap, Lac Pavin, Lac Noir) : 32100 tonnes. Le dernier de ces pétroliers, Lac Tchad, affecté en Indochine n'est pas compris dans ces statistiques. A noter que six pétroliers appartenant à deux types différents ont été transférés à la Marine française par la Marine américaine. Ces pétroliers ont tous reçu des noms de lacs et à ce titre on les trouve souvent dans les comptes-rendus sous le nom générique de pétroliers "type Lac". Selon un article paru dans WARSHIP INTERNATIONAL vers 1975, le pétrolier Lac Tonlé Sap aurait fait l'objet en février 1949 d'une proposition de rétrocession à l'US NAVY mais cette proposition n'a pas été suivie d'effet. Les activités de ce pétrolier au début des années 50 demeurent assez méconnues. Une chose est certaine ce bâtiment n'est jamais allé en Indochine. (Source : La Marine française en Indochine, 5 volumes publiés par les soins du service historique de la marine). Seul parmi les trois pétroliers type YOG, le Lac Tchad a été affecté en Extrême-Orient.
1949
à
1955
aucune information,
1956
- les rotations entre Toulon et la Mède sont interrompues par des rotations à Bizerte (Tunisie) et Oran (Algérie),
- 22 juin, sort de Toulon et ravitaille le Marcel Le Bihan,
- effectue une mission à Ajaccio,
- 11 août au 2 septembre, à Toulon,
- du 5 au 28 septembre, à Bizerte,
- 15 novembre 1956 au 17 novembre 1956, engagé dans les opérations de Suez,
- fin d'année, rattaché au train d'escadre, chargé du ravitaillement en essence d'aviation,
- 4 novembre au 24 décembre, mouille à Limassol (Chypre),
1957
- 2 janvier, retour à Toulon,
- mi janvier, rotation à Port-Saint-Louis-du-Rhône
- 6 mars, reprend la mer,
- longue série de mission entre Toulon et Lavéra,
- début août, retourne à Chypre, à Limassol (Chypre), puis Larnaka (Chypre),
- fin août, à Oran,
- septembre et octobre, Bizerte,
- novembre et décembre, petit carénage à Toulon,
1958
- rotation entre Toulon, La Mède (entre Martigues et Marignane), Lavéra et Port-Saint-Louis-du-Rhône,
- fin juin, Karouba (près de Bizerte),
- début juillet La Goulette (Tunisie),
- en juillet, 2 fois à Alger, 1 fois à Oran (Algérie),
- en août, 2 fois à Mers El-Kébir (Algérie),
- début octobre, à Oran,
- 1er novembre au 20 décembre, en petit carénage,
1959
- 4 et 6 mars, reprend la mer pour un exercice de RAM avec des dragueurs,
- 13 au 19 avril, participe à un exercice "Medflex" avec un mouillage à Port-Pothuau,
- mai, 3 rotations sur Lavéra,
- 22 au 26 juin, participe à l'exercice "Sans Atout VIII",
- début octobre, participe à des exercices avec des dragueurs,
- décembre, affrêté par la Socité Française des Pétroles BP, effectue des transports entre Lavéra, Port-la-Nouvelle et Berre,
- 13 au 14 décembre, rotation à Philippeville (Algérie),
- 23 au 25 décembre, à Oran puis à Mers El-Kébir (Algérie),
- 27 décembre, rentre à Toulon,
1960

- 2 février, exercice RAM avec des dragueurs de la 30ème DIDRA,
- 17 au 24 février, arrêts à Sète puis au Frioul (Italie),
- 7 mars, appareille de Toulon pour transporter du gas-oil à Brest,
- passe à Bizerte (Tunisie),
- 29 mars au 4 avril, à Brest,
- 12 avril, à Bizerte (Tunisie),
- 13 avril, entre en petit carénage à Sidi Abdallah (Tunisie),
- 1er juillet, premiers essais,
- 8 juillet, quitte la Pêcherie, fait un exercice de RAM,
- 10 juillet, regagne Toulon,
- 22 juillet, exercice de ravitaillement en mer,
- 25 au 30 septembre, exercice "Medflex Hold", mouillant successivement dans le golfe de Fos, à Sète, La Ciotat et à nouveau à Sète,
- 26 octobre, RAM,
- 28 novembre, affrété une nouvelle fois par la Société Française des Pétroles BP,
-28 novembre au 1er décembre, rotation Toulon - La Mède - Port-la-Nouvelle,

1961

- fin janvier, sorties de ravitaillement dans le Golfe d'Aigues-Morte,
- début février, sorties de ravitaillement aux Salins d'Hyères,
- série de rotations entre Toulon, Lavéra, Berre, coupée par un passage à Oran (Algérie) début mars,
- mi-février, participe à l'exercice "Orgon",
- 27 mai, exercice de convoi pour le CIRAM de Marseille,
- début juillet et fin septembre, passages à Mers El-Kébir (Algérie),
- début octobre, passage à Oran (Algérie),
- fin octobre, passage à Bizerte (Tunisie),
- novembre, 2 passages à Bizerte (Tunisie),

1962
- début d'année, entre en grand carénage à Toulon,
- 3 mai, 4 mai et 14 mai, essais en mer,
- jusqu'au 23 mai, préparation de la visite du contre amiral : nettoyage et peinture à la salle des machines de tout ce qui peut être peint. Nettoyage de la cale, travail désagréable au possible, la cale contenant tout ce qu'il y a de plus sale, nettoyage suivi de peinture, le tout dans des positions inconfortables, ne sachant plus par moment comment sortir de ces situations,
- 23 mai, visite à bord du contre amiral. Étant le plus jeune mécano à bord, je dus suivre notre contre amiral durant toute sa visite à la salle des machines, le suivre avec un plateau en argent sur lequel étaient présentés des morceaux de coton, afin qu'il puisse s'essuyer les mains,
- 28 mai, essais au Lazaret,
- 30 mai, retour au quai de l'artillerie,
- 6 juillet, départ de Toulon à 14 h (transport de matériel pour la Base Aéronavale d'Aspretto en baie d'Ajaccio),
- 7 juillet, arrivée à Ajaccio à 7 h,
- 9 juillet départ d'Ajaccio à 15 h,
- 10 juillet arrivée à Toulon, à 9 h,
- 27 juillet départ pour Porquerolles à 8 h, retour à Toulon à 12 h,
- 30 juillet, départ de Toulon à 16 h (opération Armée - Jeunesse), transport de scouts marins,
- 31 juillet, arrivée à Ajaccio à 16 h,
- 31 juillet, départ d'Ajaccio à 17 h,
- 1 août, arrivée à Lazaret à 8 h,
- 4 août, ravitaillement du Clemenceau à quai,
- 10 septembre, ravitaillement du Clemenceau à quai,
- 11 septembre, retour au quai de l'artillerie,
- 3 octobre, départ de Toulon à 18 h,
- 5 octobre, passage devant les Baléares en vue de 6 h à 10 h,
- 6 octobre, arrivée à Mers El-Kébir,
- 9 octobre, départ de Mers El-Kébir,
- 9 au 11 octobre : participation à l'exercice national "Linois", exercice de protection d'un convoi Algérie-France, le 11 ocobre au cours d'un exercice de tir, "Le Béarnais" F775 aborde gravement "Le Lorrain" F768 qui perdra son affût de 57 mm numéro (plage arrière), suite à cet abordage on déplora le décès de 3 hommes du Lorrain.
- 11 octobre, arrivée au Lazaret,
-12 octobre, ravitaillement du Clemenceau à quai en TR5,
- 15 octobre, retour quai de l'artillerie,
- 2 novembre, ravitaillement en mer de l'escorteur d'escadre le "La Bourdonnais",
- 8 novembre, départ de Toulon à 18 h,
- 9 novembre, arrivée à Ajaccio à 12 h,
- 12 novembre, départ d'Ajaccio à 6 h,
- 13 novembre, arrivée à Toulon à 0 h,
- 22 novembre, essais en rade de Toulon,
1963
Sans précision des dates (entre le 1er janvier 1963 et le 30 août 1963 :
- participation à l'évacuation d'hydrocarbures de la base de Sidi Abdallah à côté de Bizerte en Tunisie,
- transport de la musique de la Légion Étrangère à Calvi,
- diverses rotations sur la Corse, dont un tour complet de l'île, avec mouillage dans le golfe de Porto Vecchio, le 14 juillet 1963 et pendant une période d'élections à Ajaccio. Au cours de ces incursions en Corse, plongée dans le golfe de Lava à 13 km au nord d'Ajaccio, encadré par GOUGE, plongeur confirmé,
- rotation sur Port-Saint-Louis-du-Rhône pour prendre du TR5,
- 21 janvier au 26 janvier, 23 février au 2 mars et 6 mars au 14 mars : participation avec l'armée de l'air, au large de Cassis à des exercice d'essais du Mirage. Le Lac Tonlé Sap servant de repère,

- fin septembre, rotations au départ de Toulon sur Mers El-Kébir,
- mi novembre, rotations au départ de Toulon sur Mers El-Kébir,
1964
- continue son service à Toulon avec des rotations au départ de Toulon sur Mers El-Kébir, dont une le 4 avril,
1965
- début d'année jusqu'en mars, mission sur Brest,
- poursuite des liaisons à Mers El-Kébir,

1966
- début d'année, à Cherbourg,
- mai, à Cherbourg,
- juin, affecté au port de Toulon.
1967
- évacuation de Mers El-Kébir,
1968
- mai, à Cherbourg,
1971
- mars, à Cherbourg,
- devait être placé en réserve spéciale avant condamnation le 1er juin 1971, mais son état général lui accorde un sursis de 10 ans,
- octobre, à Cherbourg,
1972
- février, indisponibilité mise à profit pour l'installation d'un radar Decca 202
- 26 mars, rentre à Toulon après divers essais en 2ème Région,
- octobre 1972, à Cherbourg pour une campagne d'enlèvement pour la 2ème Région,

- rotation pour ravitaillement entre Brest et l'Ile Longue
1973
- rotation pour ravitaillement entre Brest et l'Ile Longue
- rotations entre Fos et Toulon,
1974
- rotations entre Fos et Toulon,
1975
- printemps, participe aux manœuvres "Manat 75", avec escales à Port-Vendres et à Calvi,
1976
- 30 mai, quitte Port-Saint-Louis-du-Rhône avec des produits blancs qu'il débarque à Mayotte,
- 28 juin au 10 juillet, en océan Indien,
- 13 août, de retour à Toulon,
1977
- 8 février, appareille de Toulon,
- 23 février, arrivée à Djibouti,
- 15 juin, appareille de Djibouti,
- 23 juin, arrivée à Patras en Grèce,
- 30 juin, appareille de Patras,
- 4 juillet, arrivée à Toulon,
- 6 octobre, appareille de Toulon,
- 13 octobre, arrivée à Port-Said en Egypte,
- 15 octobre, appareille de Port-Said,
- 21 octobre, arrivée à Djibouti,
- 31 octobre, appareille de Djibouti,
- 10 novembre arrivée à Iznir en Turquie,
- 14 novembre, appareille d'Iznir,
- 20 novembre, arrivée à Toulon,
- 25 novembre, appareille de Toulon,
- 1er décembre, arrivée à Port-Said,
- 2 décembre, appareille de Port-Said,
- 2 décembre, arrivée à Suez en Egypte,
- 6 décembre appareille de Suez,
- 13 décembre, retourne à Toulon,
1979
- 30 janvier au 22 février, recueille 250 m3 de gas-oil du cargo chypriote "Mimosa" échoué et cassé en deux à 400 mètres de la plage de Valras, dans l'Hérault,
1980
- 24 au 27 septembre, sert de bâtiment réceptacle lors de l'exercice "Interpolmar 80",
1981
- le 1er janvier 1981, désarmement,
- le 20 février 1981, placement en réserve spéciale,
- le 11 août 1981, condamnation, il devient le Q618,

Rapport de condamnation du Pétrolier Ravitailleur Lac Tonlé Sap
1989
- le 21 janvier 1989, sert de cible dans le cadre d'opérations de tir au large de Toulon où il est coulé et repose définitivement servant de refuge aux habitants des fonds marins.